COURS DE DANSE ORIENTALE

COURS DE DANSE ORIENTALE

Animés par Brigitte Shérhazade, professeur, danseuse et chorégraphe
Tél: 06 75 05 08 83 – mail: sherhazade@free.fr – site: http://www.sherhazade.com

Tous les Mardis, de 17h30 à 19h30, à partir du 25 septembre 2018

Cours pour les jeunes (6/15 ans) : de 17h30 à 18h30
Cours pour les adultes : de 18h30 à 19h30

Au Gymnase Reyniès BAYARD,
10 rue Léo Lagrange, 38100 Grenoble.

Tarif annuel associatif : 180 € ;
Le premier cours est gratuit.

Renseignements et inscriptions sur place
ou par téléphone au 06 75 05 08 83 ou 06 17 84 37 81

Rencontre avec le journaliste et écrivain Akram BELKAID

INVITATION

L’ATI-CDR vous invite à la rencontre avec le journaliste et écrivain Algérien

Akram BELKAID.
Jeudi 11 octobre 2018 à 18h00

à AMAL , 57 avenue Maréchal Randon, Grenoble

Thème:

Le défi de la Tunisie dans son histoire contemporaine Histoire de la Tunisie contemporaine, Bourguiba, Ben Ali, la révolution et après ?

Cette rencontre sera animée par Néjib OUERHANI, Professeur de lettres, Chargé de Cours à l’Université Stendhal, Grenoble.

Akram Belkaïd, journaliste et écrivain algérien, collaborateur d’Orient XXI, du Monde
Diplomatique, d’Afrique Méditerranée Business et du site Maghreb émergent. Il est aussi
chroniqueur au quotidien d’Oran. Il a publié plusieurs ouvrages dont notamment Etre arabe aujourd’hui (carnet Nord, 2011), Retours en Algérie (carnets nord 2013), Pleine Lune sur Bagdad est son premier recueil de nouvelles et a coordonné le numéro du Monde diplomatique »Manière de voir » août-septembre 2018 : le défi tunisien.

 

Entrée libre

En partenariat avec AMAL, et avec le soutien de La Ville de Grenoble

DÉFENDONS PACIFIQUEMENT NOS DROITS, ET NOS LIBERTÉS

sipa_00871396_000029-e1534233053853-592x296-1534241210.jpg

 MANIFESTONS A TUNIS ET A PARIS

La FTCR appelle tous les partisans de la démocratie et du respect des libertés individuelles et publiques de se joindre aux rassemblements organisés le 13 aout 2018 à Tunis et à Paris pour défendre les propositions du rapport de la Commission des libertés individuelles et de l’égalité (COLIBE) en matière de libertés individuelles et publiques et d’égalité Femmes Hommes.

Le rapport de la  COLIBE propose aux Tunisiennes et Tunisiens d’abolir la peine de mort ou de la restreindre aux cas de meurtre; de condamner les appels aux suicides; d’annuler la fermeture des cafés pendant le mois de ramadan; d’abolir les peines de prison pour l’homosexualité; d’abolir les tests anaux; d’abolir les dispositions qui établissent des distinctions entre les musulmans et les non-musulmans dans le Code des obligations et des contrats; de rendre plus effective la liberté de conscience; d’interdire le prosélytisme; abolir le crime du blasphème; de restreindre  les notions de l’ordre public; d’abolir ou de restreindre l’obligation de la dot.

Le rapport propose soit d’établir l’égalité en héritage ou soit de  laisser le choix à l’héritière d’y renoncer; de proclamer l’égalité entre les enfants légitimes et naturels ; d’abroger le fait que le mari est le chef de famille ; d’établir l’égalité entre les parents concernant la tutelle et la garde de leur enfant; de permettre l’utilisation des noms de famille des deux parents à l’enfant ou laisser la possibilité de le faire aux parents ou à l’enfant atteignant la majorité. 

La FTCR salue ce remarquable travail véritable avancée historique vers les libertés, la démocratie et l’attachement de la Tunisie aux valeurs universelles des droits de l’Homme.

Ces propositions consolident les libertés en Tunisie après l’abrogation des circulaires interdisant le mariage des Tunisiennes avec les non- musulmans.

La FTCR dénonce les takfiristes et leurs soutiens politiques qui veulent éliminer physiquement les partisans des propositions du rapport. Elle appelle les pouvoirs publics à tout mettre en œuvre pour la protection des membres de la commission. 

La FTCR se joint à toutes les forces démocratiques pacifiques qui luttent pour les réalisations des objectifs de la révolution en matière de libertés et de démocratie.

Ensemble  Le 13 AOUT 2018, 

  • A PARIS LE 13/08/2018 A 18 H /30 A LA PLACE DE LA FONTAINE DES INNOCENTS A PARIS (métro chatelet)
  • A TUNIS LE 13/08/2018 A 18 H DEVANT LE THÉÂTRE MUNICIPAL 

Prix très élevés des billets d’avion et de bateau pour passer des vacances en Tunisie

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Dans le cadre de la campagne sur la cherté des billets d’avion et de bateau lancée il y a quelques mois par le Front Populaire, une délégation du Front Populaire – sectionFrance Nord a été reçue hier par l’ambassadeur de Tunisie à Paris M. Abdelaziz RASSAA.

Au cours de cette rencontre, le Front Populaire a pu exposer à l’ambassadeur ses préoccupations et celles des tunisiennes et tunisiens vivant à l’étranger quant au niveau des prix très élevés des billets d’avion et de bateau amenant un bon nombre d’entre eux à renoncer à passer leurs vacances estivales en Tunisie.

Le Front Populaire a remis un dossier sur la question de la cherté des billets, comportant les résultats d’un sondage qu’il a mené auprès de la communauté tunisienne de France ainsi que les propositions que le Front Populaire formule sur le sujet.

Ces propositions sont les suivantes :

  • plafonner les prix des billets d’avion vers la Tunisie à 350€ pour un aller / retour au départ de Paris. Ce plafond devra être adapté aux autres villes en France et en Europe.

  • plafonner les prix des billets de bateau à 800 € aller / retour pour un passager et un véhicule.

  • mise en place d’un billet d’avion à tarif réduit une fois par an en faveur des tunisiens résidant à l’étranger en fonction de leurs ressources. Ce tarif réduit se décline en trois paliers : 150€, 200€ et 250€ pour un aller / retour depuis Paris. Ce principe devra être étendu aux autres villes en France et en Europe.

A l’issue de cette rencontre, l’ambassadeur s’est engagé à relayer les propositions du Front Populaire auprès des autorités compétentes et à assurer un suivi du dossier.

Paris, le 6 juin 2018

Front Populaire de Tunisie

Section France Nord

Un Nouvel Aéroport Au Nord De Tunis S’impose

Parmi les méga-projets de la Tunisie, la construction d’un nouvel aéroport international pouvant desservir Tunis a été régulièrement évoquée depuis 2012. L’appel d’offres pour l’étude du projet sera lancé dans les prochains mois, pour une livraison prévue en 2030, a annoncé le 2 mars le ministre du Transport.

La réalisation du futur aéroport destiné à desservir la capitale tunisienne se précise : le ministre du Transport, Radhouane Ayara, a annoncé le vendredi 2 mars que l’appel d’offres pour l’étude du projet sera lancé dans les prochains mois. Avec un investissement estimé à 2,047 milliards de dinars (690 millions d’euros) et une capacité initiale de 10 millions de passagers – destinée à atteindre les 20 millions en 2050 -, l’aéroport sera construit à Utique, à 40 kilomètres de Tunis.

ADVERTISING

Il aura pour but de désengorger le transport aérien de la capitale et de participer à l’activité économique et touristique du gouvernorat de Bizerte. Le gouverneur, Mohamed Gouider, avait pris les devants en avril 2017 en indiquant que deux lots de terrain de 2 500 et 3 000 hectares, propriétés de l’État, étaient disponibles dans la zone d’Utique à El Hesiane-Bouhnach et à El Mabtouh.

  • Pourquoi un nouvel aéroport international ?

Arrivé à la limite de ses capacités,  l’aéroport de Tunis-Carthage, qui a accueilli 5,8 millions voyageurs en 2017, ne pourra pas techniquement recevoir les avions gros porteurs de type Airbus 380 et ne répond plus aux besoins d’une métropole comme Tunis et aux objectifs économiques du pays.

Une extension, évaluée à 950 millions de dinars, avait été envisagée, mais les études d’impact environnemental et sociétal exigées par la Banque européenne d’investissement (BEI), qui avaient été sollicitées pour son financement, ont remisé le projet.

En attendant 2030, la date avancée pour l’ouverture du nouvel aéroport, une restauration de celui de Tunis-Carthage est en cours, pour un coût de 190 millions de dinars. Les travaux concernent notamment l’aménagement de deux nouvelles zones de tri et de livraison de bagages, pour augmenter la capacité d’accueil à 7,5 millions de passagers (contre 5,8 millions actuellement).

  • Pourquoi Bizerte ?  

Le nouvel aéroport ne sera pas implanté à Bizerte même : l’espace aérien de la ville du nord de la Tunisie est réservé à l’entraînement des bases militaires, dont celle de Sidi Ahmed. L’aéroport civil sera quant à lui implanté sur le territoire du gouvernorat du même nom, à Utique, une zone déjà desservie par une autoroute.

LES DÉTRACTEURS DU PROJET CRAIGNENT QUE LA VOCATION MARAÎCHÈRE DE LA RÉGION D’UTIQUE NE SOIT IMPACTÉE

Le site, aux confins du Grand Tunis, des gouvernorats de Bizerte et de Béja, permettra d’installer une aire économique qui manquait au nord de la Tunisie et répondra à l’objectif de faire de la Tunisie un hub du transport et de la logistique de pointe entre l’Europe et l’Afrique, et représente une opportunité d’installer de nouvelles activités à forte valeur ajoutée à proximité.

Les détracteurs du projet craignent que la vocation maraîchère de la région d’Utique ne soit impactée, mais les terrains identifiés n’ont aucune vocation agricole, selon le cadastre.

  • Que deviendra Tunis-Carthage ?

Certains craignent que les 830 hectares de l’aéroport actuel, au cœur de Tunis, ne soient un objet de spéculations immobilières. Mais la situation n’en est pas encore là et Tunis-Carthage sera encore opérationnel au moins sur les quinze prochaines années.

Actuellement, le gouvernement pencherait pour un nouvel aménagement urbanistique durable qui accueillerait 500 000 habitants, via une société d’économie mixte. Mais rien n’est encore décidé. Il est cependant certain que la capitale, débarrassée des contraintes imposées par les couloirs aériens, pourra se développer en hauteur.

 

Jeuneafrique : 07 mars 2018 à 15h53 | Par – à Tunis

Mis à jour le 07 mars 2018 à 16h05

Fête des Tuiles à Grenoble

Le Comité de Jumelage Grenoble-Sfax et le Collectif Tunisie 

vous invitent à participer à la Fête des Tuiles à Grenoble, le samedi 9 juin 2018.

Lieu: Scène « Crêtes », située devant la Maison de l’Arménie, 15 Cours de la Libération

Au programme :

  1. 9h à 19h : Un stand sera tenu avec vente de produits artisanaux, pâtisseries, boissons…
  2. 16h à 17h : Un concert de musique orientale sera présenté par l’orchestre « Mosaïque » dirigé par le professeur A. DHIB
  3. 17h30 à 18h00 : Folklore Tunisien avec le groupe « Soleil Tunisiens de Grenoble »
  4. 18h30 à 20h00 : Déambulation musicale au sein du Défilé des Tuiles, par le groupe folklorique « Soleil Tunisiens de Grenoble ». Le défilé part du croisement (Bd Foch/Cours J Jaurès), en direction de la bastille. Il atteint le cours Berriat et revient par la contre allée jusqu’au pont de l’Estacade.

 Nous comptons sur vous, pour diffuser cette information, et pour mobiliser vos familles et vos amis.

SOLIDARITÉ AVEC LES NAUFRAGES ET LEURS FAMILLES

unnamed.png

Plus de 45 organisations tunisiennes, maghrébines, et européennes appellent au Rassemblement en solidarité avec les familles des naufragés, contre la banalisation des naufrages à répétition depuis plus de 20 ans avec des milliers de victimes,  pour dire non aux politiques des migrants de l’ Union Européenne avec la complicité des gouvernements des États du sud de la méditerranéenne.

RASSEMLEMENT A LA FONTAINE DES INNOCENTS

Métro les Halles

Le vendredi 8 juin à partir de 18h30

Des milliers à mourir en mer pour arriver en Europe

Victimes des politiques économiques et sociales

Victimes des politiques de migrations   

Le spectacle désolant de morts en mer méditerranée se répète dans l’indifférence !

Encore un fois, le samedi 2 juin 2018, une embarcation clandestine a chaviré au large des îles Kerkenna. Le bilan est terrible : plus de 52 personnes sont mortes. Et si 68 autres ont pu être sauvées, on ne connait toujours pas le nombre des disparus.

Les chiffres de l’émigration non-règlementaire, qui se sont emballés ces derniers temps, sont symptomatiques de l’ampleur de la crise économique et sociale dans laquelle s’enlise la Tunisie.

Selon les estimations du FTDES, le nombre des migrants en 2017 dépasse les 15000 personnes dont 6151 ont été interceptées par les autorités italiennes et 3178 ont été empêchées d’embarquer. Les autres ont pu atteindre les côtes européennes sans passer par un contrôle officiel.

Lors du premier trimestre 2018, il y a quelques 3000 tentatives de traversée des frontières soit dix fois plus qu’au cours du même trimestre en 2017. Nous tenons à  souligner la gravité de la crise économique et sociale et nous déplorons le peu de cas que font les  autorités sur l’ampleur du drame et sees répercussions sur la situation sociale et de la jeunesse du pays  qui semble vivre dans un tunnel obscur et ne rêve que d’une seule chose : quitter le pays par n’importe quel moyen à la recherche d’une vie meilleure.

Ce rêve, qui se transforme trop souvent en cauchemar, n’est pas seulement celui des laissés pour compte de notre jeunesse mais aussi de plus en plus de jeunes dotés de compétences techniques et scientifiques élevées.

Les associations démocratiques de l’immigration  expriment à l’occasion de ce rassemblement leur  profonde tristesse devant la perte des victimes et présentent leurs  condoléances les plus attristées à leurs familles, en formulant l’espoir de salut pour les personnes portées disparues. Nous r rappelons encore une fois  les autorités à fournir aux familles, le plus rapidement possible, toutes les informations concernant les victimes et les disparus et à assurer aux survivants l’assistance psychologique nécessaire. Le tragique précédent du 8 octobre 2017, dans toutes les mémoires, ne doit pas être répété.

Nous exhortons le gouvernement tunisien à renoncer à l’approche sécuritaire de l’émigration non-réglementaire, et à s’atteler au démantèlement des filières clandestines et à la poursuite des passeurs. Ce contexte dramatique doit également nous conduire à réviser les modalités de la coopération avec l’Union européenne fondée sur le tout-sécuritaire et la fermeture des frontières. On ne peut indéfiniment surseoir aux politiques de développement véritables qui tiennent avant tout compte des aspirations de la jeunesse à la dignité et à la justice sociale.Nous tenons  à rappeler, une fois encore, le coût social de plus en plus lourd des choix économiques actuels et à attirer l’attention des gouvernants sur les dangers de cette politique du désespoir organisé qui laisse de larges catégories de jeunes face à un horizon bouché sans autre issue que le départ au risque de leurs vies.

Premiers Signataires :

  • Agir pour le changement et la démocratie en Algérie – ACDA
  • Associaiton des Citoyens Originaires de Turquie – ACORT
  • Association Démocratiques des Tunisiens en France – ADTF
  • Associations de Défnse des Droits d el’Homme au Maroc – ASDHOM 
  • Asssociaiton des Marocains en France – AMF
  • Associaiton des Travailleurs Maghrébins en France – ATMF
  • Association des Tunisiens en France – ATF  
  • Association des Tunisiens de l’Isère –Citoyens des deux Rives – ATI-CDR  
  • Associaiton des Tunisiens du Nord de la France – ATNF 
  • AIDDA  
  • Arts et Cultures des Deux Rives – ACDR 
  • Association Tunisie Culture et Solidarité  – ATCS 
  • Association pour la taxation des transactions financières et pour l’action citoyenne – ATTAC
  • Collectif 3 C 
  • Collectif des Sans Papiers 92 – CSP92
  • Comité pour le Respect des Libertés et des Droits de l’Homme en Tunisie – CRLDHT
  • Comitato Degli Immigrati Tunisini In Italia – CITiI
  • Comité de Vigilance pour la Démocratie – Belgique
  • Cédétim
  • Collectif des Femmes Tunisiennes  – CFT
  • Droits devant
  • Dynamique Citoyenne de Tunisiens à l’Etranger – DCTE
  • Euromed-Droit – REMDH
  • Fédération des Tunisiens Citoyens des deux Rives – FTCR
  • Fondation Franz Fanon   
  • Immigration Developpement Démocratie – IDD 
  • Initiative pour un Autre Monde – IPAM
  • Ligue des Droits de l’Homme – LDH
  • Mouvement contre le Racisme et l’ Amité entre les Peuples –  MRAP
  • Réseau Euro-maghrébin Citoyenneté et Culture – REMCC
  • Union des Tunisiens pour une Action Citoyenne – UTAC 
  • Younga Solidaire – YS
  • Syndicat Solidaires – SUD
  • Ettakattol – France
  • Ettayar – France
  • El-Jomhouri – France Nord
  • El-Jomhouri – France Sud
  • Al-Massar –France Nord
  • Parti des Travailleurs de Tunisie – PTT
  • Parti Patriote Démocrate Unifié – PPUD – Paris-Ile-de-France
  • Front Populaire – FP
  • Europe Ecologie Les Vets – EELV
  • Ensemble
  • Mouvement ECOLO
  • Nouveau parti Anti-Capitaliste – NPA 
  • Parti Communiqte Français – PCF

Personnes:

  • Hichem Abdessamad, traducteur
  • Tewfik Allal, militant associatif maghrébin
  • Mourad Allal, militant associaitf
  • Mohsen Dridi, militant assocaitif
  • Kamel Jendoubi, ancien ministre , militant des Droits Humains
  • Jean Marc Salmon, chercheur
  • Said Tbel,  militant de droits humains AMDH
  • Abdallah Zniber, militant associaitf maghrébin