Semaine de la francophonie

1460x677_72dpi

20 mars 2019 – 26 mars 2019

L’Université Grenoble Alpes et ses partenaires vous invitent à célébrer la francophonie ! Conférences, projections de films, ateliers interculturels, performances musicales et animations théâtrales sont organisés tout au long de ce festival aux couleurs des peuples et contrées francophones. Pour cette édition 2019, le pays qui sera mis à l’honneur à l’Université Grenoble Alpes est la Tunisie.

Mercredi 20 mars

Bâtiment Stendhal (amphis 3 et 5, hall Nord, salle des actes et parvis)
1180 avenue centrale, Saint-Martin-d’Hères

9h00 : Conférence d’ouverture
Le français comme langue d’accueil dans l’enseignement supérieur en France

10h30 : Table ronde
Les dispositifs d’accueil au sein des universités françaises sont-ils adaptés aux exigences des étudiants allophones ?

10h, 11h30 et 12h30 : Diaporama commenté
La place de l’arbre dans le développement urbain de Grenoble depuis le XVIIIe siècle

10h45 et 13h30 : Conférence
L’utilisation de la langue française dans la musique créole de Martinique

12h30 : Malouf tunisien (musique arabo-andalouse)
Concert de l’Orchestre Mosaïque

13h30 : Séminaire
Quelles médiations pour accompagner la construction de la littéracie à l’entrée à l’université ?

13h30 : Séminaire
Lexique transversal et formules discursives des sciences humaines

15h00 : Conférence
Lorand Gaspar, un écrivain et chirurgien francophone contemporain en Tunisie

15h45 : Cinéma
Projection de Rue Cases nègres de Euzhan Palcy

08h45 à 16h00 : Animations culturelles et pédagogiques
Ateliers d’écriture, jeux, énigmes autour de la culture martiniquaise, exposition de sculptures, présentation de travaux d’étudiants du CUEF, stands d’associations culturelles, de patois dauphinois et des Alpes, d’accueil des nouveaux arrivants à Grenoble…

Jeudi 21 mars

Sciences Po Grenoble, amphi F
1130 avenue centrale, Saint-Martin-d’Hères

12h30 : Conférence
Parler en historienne de la Révolution tunisienne

Vendredi 22 mars

BU droit et lettres – 1130 avenue centrale, Saint Martin d’Hères

12h30 : Table ronde
Édition francophone et création littéraire en Tunisie

La Maison de l’international

15h30 : Table ronde
Francophonies en partage

Espace vie étudiante EVE – 701 avenue centrale, Saint Martin d’Hères

18h00 : Performances théâtrales
Voyage dans les fables

Samedi 23 mars

Centre culturel tunisien
11 avenue Albert 1er de Belgique à Grenoble

17h00 : Table ronde

La vie culturelle en Tunisie

18h00 : Performances théâtrales
Voyage dans les fables

19h00 : Musique tunisienne
Concert de l’Orchestre Mosaïque

Lundi 25 mars

Bâtiment Stendhal, hall Nord – amphi 2
1180 avenue centrale, Saint-Martin-d’Hères

12h30 : Rencontre avec l’écrivain Yamen Manaï autour du thème littérature et écologie

14h00 : Performances théâtrales
Voyage dans les fables

École supérieure d’art et design Grenoble-Valence
25 rue Lesdiguières à Grenoble

16h00 : Cinéma tunisien contemporain
Projection des courts-métrages : Pousses de printemps, Behind neon lights, Inside Tunisia et Beyond the silence et interventions d’une chercheuse et de la réalisatrice

Mardi 26 mars

Maison des langues, salle J. Cartier
1141 avenue centrale, Saint-Martin-d’Hères

12h30 : Table ronde
Coopérations scientifiques Grenoble-Tunisie

Cinéma LUX – 36 Boulevard Général de Gaulle, Valence

17h00 : Cinéma tunisien contemporain
Projection des courts-métrages : Pousses de printemps, Behind neon lights, Inside Tunisia et Beyond the silence et interventions d’un chercheur et de la réalisatrice

Partenaires:

  • Région Auvergne Rhône-Alpes,
  • Consulat de la République tunisienne à Grenoble,
  • Centre culturel et social Dar Ettounsi,
  • La maison de l’international,
  • LITT&ARTS,
  • UFR LLASIC,
  • Collège doctoral,
  • Bibliothèque droit et lettres,
  • Association Faisons notre avenir,
  • Association des Tunisiens de l’Isère citoyens des deux rives (ATI-CDR),
  • EVE,
  • Sciences Po Grenoble,
  • Cinéma Lux de Valence,
  • École supérieure d’art et design de Grenoble,
  • Bureau des étudiants en langues Stendhal,
  • Centre des langues IDEX formation.

Ciné-Rencontres

cinéma2

Dans le cadre des Rendez vous des Cinémas d’Afrique, à Monciné S.M. d’Hères,

une soirée est réservée au Cinéma Tunisien en présence de l’actrice Fatma Ben Saïdane

animation par les associations FNAR et ATI-CDR, le 16 mars 2019

1er film à 18h00 : La révolution est là de Teycir Ben Naser

suivi d’une réception organisée par nos 2 associations, avec la participation du Consulat de Tunisie à Grenoble.

2ème film à 20h00 : El Jaida de Salma Baccar.

Suivi d’un débat animé par Lilia Arnould Driss, en présence de notre invitée, l’actrice Fatma Ben Saïdane.

Nous comptons sur vous pour venir assez nombreux, et pour partager l’information.

Contacts: Lilia Arnould-Driss et Youssef Selmi (0617843781).

 

Merci à Pascale Puig et à Cécile Clapié (Monciné), et à tous nos partenaires associatifs : Alter-Égaux Isère, Ansera (Association franco-burkinabé),Beyti, Conseil des Nigériens de France (CONIF), Collectif du 17 octobre 1961, Coup de Soleil en Auvergne Rhône-Alpes, Festival Détours de Babel, Inter-Med,Interstices, association Raccords.

COURS DE DANSE ORIENTALE

COURS DE DANSE ORIENTALE

Animés par Brigitte Shérhazade, professeur, danseuse et chorégraphe
Tél: 06 75 05 08 83 – mail: sherhazade@free.fr – site: http://www.sherhazade.com

Tous les Mardis, de 17h30 à 19h30, à partir du 25 septembre 2018

Cours pour les jeunes (6/15 ans) : de 17h30 à 18h30
Cours pour les adultes : de 18h30 à 19h30

Au Gymnase Reyniès BAYARD,
10 rue Léo Lagrange, 38100 Grenoble.

Tarif annuel associatif : 180 € ;
Le premier cours est gratuit.

Renseignements et inscriptions sur place
ou par téléphone au 06 75 05 08 83 ou 06 17 84 37 81

Rencontre avec le journaliste et écrivain Akram BELKAID

INVITATION

L’ATI-CDR vous invite à la rencontre avec le journaliste et écrivain Algérien

Akram BELKAID.
Jeudi 11 octobre 2018 à 18h00

à AMAL , 57 avenue Maréchal Randon, Grenoble

Thème:

Le défi de la Tunisie dans son histoire contemporaine Histoire de la Tunisie contemporaine, Bourguiba, Ben Ali, la révolution et après ?

Cette rencontre sera animée par Néjib OUERHANI, Professeur de lettres, Chargé de Cours à l’Université Stendhal, Grenoble.

Akram Belkaïd, journaliste et écrivain algérien, collaborateur d’Orient XXI, du Monde
Diplomatique, d’Afrique Méditerranée Business et du site Maghreb émergent. Il est aussi
chroniqueur au quotidien d’Oran. Il a publié plusieurs ouvrages dont notamment Etre arabe aujourd’hui (carnet Nord, 2011), Retours en Algérie (carnets nord 2013), Pleine Lune sur Bagdad est son premier recueil de nouvelles et a coordonné le numéro du Monde diplomatique »Manière de voir » août-septembre 2018 : le défi tunisien.

 

Entrée libre

En partenariat avec AMAL, et avec le soutien de La Ville de Grenoble

DÉFENDONS PACIFIQUEMENT NOS DROITS, ET NOS LIBERTÉS

sipa_00871396_000029-e1534233053853-592x296-1534241210.jpg

 MANIFESTONS A TUNIS ET A PARIS

La FTCR appelle tous les partisans de la démocratie et du respect des libertés individuelles et publiques de se joindre aux rassemblements organisés le 13 aout 2018 à Tunis et à Paris pour défendre les propositions du rapport de la Commission des libertés individuelles et de l’égalité (COLIBE) en matière de libertés individuelles et publiques et d’égalité Femmes Hommes.

Le rapport de la  COLIBE propose aux Tunisiennes et Tunisiens d’abolir la peine de mort ou de la restreindre aux cas de meurtre; de condamner les appels aux suicides; d’annuler la fermeture des cafés pendant le mois de ramadan; d’abolir les peines de prison pour l’homosexualité; d’abolir les tests anaux; d’abolir les dispositions qui établissent des distinctions entre les musulmans et les non-musulmans dans le Code des obligations et des contrats; de rendre plus effective la liberté de conscience; d’interdire le prosélytisme; abolir le crime du blasphème; de restreindre  les notions de l’ordre public; d’abolir ou de restreindre l’obligation de la dot.

Le rapport propose soit d’établir l’égalité en héritage ou soit de  laisser le choix à l’héritière d’y renoncer; de proclamer l’égalité entre les enfants légitimes et naturels ; d’abroger le fait que le mari est le chef de famille ; d’établir l’égalité entre les parents concernant la tutelle et la garde de leur enfant; de permettre l’utilisation des noms de famille des deux parents à l’enfant ou laisser la possibilité de le faire aux parents ou à l’enfant atteignant la majorité. 

La FTCR salue ce remarquable travail véritable avancée historique vers les libertés, la démocratie et l’attachement de la Tunisie aux valeurs universelles des droits de l’Homme.

Ces propositions consolident les libertés en Tunisie après l’abrogation des circulaires interdisant le mariage des Tunisiennes avec les non- musulmans.

La FTCR dénonce les takfiristes et leurs soutiens politiques qui veulent éliminer physiquement les partisans des propositions du rapport. Elle appelle les pouvoirs publics à tout mettre en œuvre pour la protection des membres de la commission. 

La FTCR se joint à toutes les forces démocratiques pacifiques qui luttent pour les réalisations des objectifs de la révolution en matière de libertés et de démocratie.

Ensemble  Le 13 AOUT 2018, 

  • A PARIS LE 13/08/2018 A 18 H /30 A LA PLACE DE LA FONTAINE DES INNOCENTS A PARIS (métro chatelet)
  • A TUNIS LE 13/08/2018 A 18 H DEVANT LE THÉÂTRE MUNICIPAL 

Prix très élevés des billets d’avion et de bateau pour passer des vacances en Tunisie

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Dans le cadre de la campagne sur la cherté des billets d’avion et de bateau lancée il y a quelques mois par le Front Populaire, une délégation du Front Populaire – sectionFrance Nord a été reçue hier par l’ambassadeur de Tunisie à Paris M. Abdelaziz RASSAA.

Au cours de cette rencontre, le Front Populaire a pu exposer à l’ambassadeur ses préoccupations et celles des tunisiennes et tunisiens vivant à l’étranger quant au niveau des prix très élevés des billets d’avion et de bateau amenant un bon nombre d’entre eux à renoncer à passer leurs vacances estivales en Tunisie.

Le Front Populaire a remis un dossier sur la question de la cherté des billets, comportant les résultats d’un sondage qu’il a mené auprès de la communauté tunisienne de France ainsi que les propositions que le Front Populaire formule sur le sujet.

Ces propositions sont les suivantes :

  • plafonner les prix des billets d’avion vers la Tunisie à 350€ pour un aller / retour au départ de Paris. Ce plafond devra être adapté aux autres villes en France et en Europe.

  • plafonner les prix des billets de bateau à 800 € aller / retour pour un passager et un véhicule.

  • mise en place d’un billet d’avion à tarif réduit une fois par an en faveur des tunisiens résidant à l’étranger en fonction de leurs ressources. Ce tarif réduit se décline en trois paliers : 150€, 200€ et 250€ pour un aller / retour depuis Paris. Ce principe devra être étendu aux autres villes en France et en Europe.

A l’issue de cette rencontre, l’ambassadeur s’est engagé à relayer les propositions du Front Populaire auprès des autorités compétentes et à assurer un suivi du dossier.

Paris, le 6 juin 2018

Front Populaire de Tunisie

Section France Nord

Un Nouvel Aéroport Au Nord De Tunis S’impose

Parmi les méga-projets de la Tunisie, la construction d’un nouvel aéroport international pouvant desservir Tunis a été régulièrement évoquée depuis 2012. L’appel d’offres pour l’étude du projet sera lancé dans les prochains mois, pour une livraison prévue en 2030, a annoncé le 2 mars le ministre du Transport.

La réalisation du futur aéroport destiné à desservir la capitale tunisienne se précise : le ministre du Transport, Radhouane Ayara, a annoncé le vendredi 2 mars que l’appel d’offres pour l’étude du projet sera lancé dans les prochains mois. Avec un investissement estimé à 2,047 milliards de dinars (690 millions d’euros) et une capacité initiale de 10 millions de passagers – destinée à atteindre les 20 millions en 2050 -, l’aéroport sera construit à Utique, à 40 kilomètres de Tunis.

ADVERTISING

Il aura pour but de désengorger le transport aérien de la capitale et de participer à l’activité économique et touristique du gouvernorat de Bizerte. Le gouverneur, Mohamed Gouider, avait pris les devants en avril 2017 en indiquant que deux lots de terrain de 2 500 et 3 000 hectares, propriétés de l’État, étaient disponibles dans la zone d’Utique à El Hesiane-Bouhnach et à El Mabtouh.

  • Pourquoi un nouvel aéroport international ?

Arrivé à la limite de ses capacités,  l’aéroport de Tunis-Carthage, qui a accueilli 5,8 millions voyageurs en 2017, ne pourra pas techniquement recevoir les avions gros porteurs de type Airbus 380 et ne répond plus aux besoins d’une métropole comme Tunis et aux objectifs économiques du pays.

Une extension, évaluée à 950 millions de dinars, avait été envisagée, mais les études d’impact environnemental et sociétal exigées par la Banque européenne d’investissement (BEI), qui avaient été sollicitées pour son financement, ont remisé le projet.

En attendant 2030, la date avancée pour l’ouverture du nouvel aéroport, une restauration de celui de Tunis-Carthage est en cours, pour un coût de 190 millions de dinars. Les travaux concernent notamment l’aménagement de deux nouvelles zones de tri et de livraison de bagages, pour augmenter la capacité d’accueil à 7,5 millions de passagers (contre 5,8 millions actuellement).

  • Pourquoi Bizerte ?  

Le nouvel aéroport ne sera pas implanté à Bizerte même : l’espace aérien de la ville du nord de la Tunisie est réservé à l’entraînement des bases militaires, dont celle de Sidi Ahmed. L’aéroport civil sera quant à lui implanté sur le territoire du gouvernorat du même nom, à Utique, une zone déjà desservie par une autoroute.

LES DÉTRACTEURS DU PROJET CRAIGNENT QUE LA VOCATION MARAÎCHÈRE DE LA RÉGION D’UTIQUE NE SOIT IMPACTÉE

Le site, aux confins du Grand Tunis, des gouvernorats de Bizerte et de Béja, permettra d’installer une aire économique qui manquait au nord de la Tunisie et répondra à l’objectif de faire de la Tunisie un hub du transport et de la logistique de pointe entre l’Europe et l’Afrique, et représente une opportunité d’installer de nouvelles activités à forte valeur ajoutée à proximité.

Les détracteurs du projet craignent que la vocation maraîchère de la région d’Utique ne soit impactée, mais les terrains identifiés n’ont aucune vocation agricole, selon le cadastre.

  • Que deviendra Tunis-Carthage ?

Certains craignent que les 830 hectares de l’aéroport actuel, au cœur de Tunis, ne soient un objet de spéculations immobilières. Mais la situation n’en est pas encore là et Tunis-Carthage sera encore opérationnel au moins sur les quinze prochaines années.

Actuellement, le gouvernement pencherait pour un nouvel aménagement urbanistique durable qui accueillerait 500 000 habitants, via une société d’économie mixte. Mais rien n’est encore décidé. Il est cependant certain que la capitale, débarrassée des contraintes imposées par les couloirs aériens, pourra se développer en hauteur.

 

Jeuneafrique : 07 mars 2018 à 15h53 | Par – à Tunis

Mis à jour le 07 mars 2018 à 16h05